Sortie du livre pro-barrage : Sivens sans Zadistes, le guide du nettoyage social

Suite à la sortie de trois livres sur l’affaire Sivens :

Le Journal Détarné a le plaisir de vous présenter en avant première le livre des pro-barrage : Sivens sans Zadistes, le guide du nettoyage social. Après les pelluts et autres journalistes à tête de navet, c’est à leur tour d’écrire un livre sur Sivens. Dans cet ouvrage, il ne s’agit pas tant d’expliquer pourquoi le barrage c’est bien — ce n’est pas la question, ils n’ont pas d’arguments, et ils s’en moquent un peu – que de montrer que les zadistes c’est très mal.

sivens-sans-zadistes_sortie_livre_ben-lefetey_sans-retenue_barrage-contre-democratie_reporterre_zadiste_sivens-testet

L’argumentation, assez subtile, commence par proposer une définition du zadiste (par sa tenue vestimentaire et ses habitudes de vie supposées) avant d’expliquer la technique de chasse du zadiste, le matériel requis pour cette activité (types de barres à utiliser classées selon leur efficacité), la stratégie à mettre en place, laquelle stratégie ressemble de fort près à celle pratiquée pour la chasse aux sangliers (n’en disons pas plus, nous vous laisserons découvrir les détails). Ce chapitre, capital dans l’architecture d’ensemble de l’ouvrage, a été confié à Philippe et à Baba (voir nos reportages sur ces deux spécialistes de la chasse aux zadistes, leurs trophées et les prouesses en cliquant sur leurs prénoms). L’ouvrage se clôt sur un chapitre de synthèse, plus théorique et qui prend une certaine hauteur, consacré aux fondements du droit de se taire et la nécessité de nettoyer la vermine dans une société composée de 5 millions de chômeurs, soit un chiffre supérieur à celui de la population musulmane.

L’ouvrage, rédigé dans une langue simple, voire simpliste, voire rustre, adopte l’orthographe propre aux chasseurs du Tar(n). Il se lit facilement dès lors qu’on a quelque pratique de ce dialecte local un peu spécifique.

Thierry Carcenac a bien voulu préfacer l’ouvrage, son complice Thierry Gentilhomme en a rédigé la postface. Quant à la gendarmerie, elle a fourni l’image à colorier en dernière page. Subventionné par la Conseil général du Tarn, la commune de Lisle-sur-Tarn et la FNSEA, l’ouvrage se vendra à un prix relativement modique. Vous pouvez le commander dès à présent en écrivant à la rédaction de la Dépêche qui a aimablement prêté ses presses pour l’impression. Merci M. Baylet propriétaire de ce journal populaire et du Conseil général du Tarn-et-Garonne.

Vous pourrez vous le procurer en contactant la mairie de Lisle-sur-Tarn : 21 Place Paul Saissac, 05 63 33 35 18.

Publicités

5 commentaires

  1. J’adore, digne du Gorafi, voire meilleur que certains de leurs articles. Mais une lacune : qui va en assurer la promotion et le dédicacer ? l’i-cône radieuse photoshopée de la page facebook, ou la vilaine la vraie Maryline Lherm ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s